Londres sur pellicules

Intemporelle, feutrée, intrigante, la ville de Londres révèle d’innombrables facettes. Passant tout naturellement du rire à l’horreur, elle embrasse aussi bien l’humour so british des Monty Python que les ambiances glauques et gothiques des romans policiers du 19ème siècle. Londres c’est aussi des monuments à nuls autres pareils ; Big Ben, Tower bridge et autres exemples d’architectures victoriennes donnent à la City son âme et ses ambiances si particulières qui en font l’une des villes préférées du Septième art.

Swinging London

Rien d’étonnant à ce que le cinéma – une forme artistique intimement liée à la musique – ai profité de l’émergence de cette mouvance musicale pour capter l’émulation propre à la capitale. En deux films (Alfie, 1966 et The italian job, 1969), Michael Caine a incarné cette nouvelle jeunesse libérée de l’héritage pesant de ses pairs. Du très opportuniste (quoique très réussi) Hard day’s night (1964) à Blow up (1967), les réalisateurs ont su profiter de cet éclatement pop pour transposer à l’écran ces nouvelles tendances. Plus proches de nous, des films tels que Austin Powers (1997) ou  Good morning England (2009) ont ressuscité l’esprit de l’époque pour le plus grand bonheur des nostalgiques d’alors ou des plus jeunes intrigués par cette période phare tant musicale que sociale.

Le visage humain

On qualifie souvent le cinéma anglais (celui des Ken Loach, Mike Leigh ou Stephen Frears) de social. Mais c’est avant tout d’humanisme qu’il s’agit. Ces mêmes réalisateurs ont su capter la vie de quartiers londoniens, donnant une vision plus localisée de la capitale en délaissant – volontairement ? – les lieux communs. Car Londres c’est aussi la banlieue (Another year, 2010), les quartiers moins reluisants (High hopes, 1988) et des lieux de vie et de passage (Be happy, 2008). En se focalisant sur des bouts d’existence, ces cinéastes ont su révéler une vision micro/macro de Londres qui lui rend un visage à dimension humaine.

Into the fog

S’il y a bien une image de Londres qui pourrait apparaitre comme universelle, c’est bien celle des rives de la Tamise baignées d’un épais brouillard automnal. Londres synthétise à elle-seule les aspects les plus sombres véhiculés par l’imaginaire gothique. Les rues pavées de Londres ont vu défiler les personnages les plus perfides ; de Jack l’éventreur à Mister Hyde, en passant par le barbier Sweeney Todd, les trouble-fêtes sont nombreux et on comprend que la ville se dote d’un détective de la trempe de Sherlock Holmes pour garder toute sa sérénité. Les ruelles de Londres, sombres et étroites, se sont avérées un repère de choix pour bon nombre de monstres au sens propre (Le loup-garou de Londres, 1981) comme au figuré (Orange mécanique, 1971).

Coup de foudres à Londres

Mais heureusement, Londres n’est pas qu’un repère de malfrats et autres monstres nauséabonds. C’est aussi le cadre parfait pour le développement des sentiments amoureux. La désormais célèbre Bridget Jones y vit ses nombreux tumultes amoureux alors que le quartier de Notting Hill (Coup de foudre à Notting Hill, 1999) et ses façades typiques et bigarrées voient les extrêmes se rapprocher. Woody Allen lui-même quitte son Manhattan chéri pour la capitale britannique afin de filmer son drame sentimentale Match Point (2005). Si ces quelques films profitent du charme classique de Londres pour puiser leur inspiration romantique, d’autres lui préfèrent ses ambiances plus underground comme dans Closer (2004).

Londres demain, autrement

Londres se conjugue aussi au futur et nous a offert un cadre idéal à l’apparition d’extraterrestres ou d’autres formes d’invasions. Dans 28 jours plus tard (2002), Danny Boyle filmait les rues londoniennes désertées suite à l’apparition d’un virus mortel. Dans la même veine « zombies », Shaun of the dead (2004) se la joue quant à lui très second degré tout en dévoilant une vision plus restreinte de la capitale, à savoir un pub… En 1966, Gordon Fleming faisait débarquer les Daleks qui seront stoppés par le Docteur Who (Peter Cushing) et une poignée de Londoniens (Les Daleks envahissent la Terre, 1966). En sa qualité de capitale, Londres est également entraperçue dans des films catastrophes made in Hollywood (La guerre des mondes, 1952 ; Independence day, 1996). D’autres l’ont imaginée totalitariste (V for vendetta, 2005) ou encore – non sans un certain cynisme d’ailleurs – terre d’accueil pour réfugiés (Les fils de l’homme, 2006).

A Londres avec Alfred

Quoi de plus normal pour un cinéaste londonien pure souche que de rendre hommage à la ville qui l’a enfanté. Le maître du suspens nous fait visiter Londres sous bien des aspects, aussi bien de l’intérieur (L’homme qui en savait trop, 1933 et 1956 ; Le procès Paradine, 1947) que de l’extérieur (Frenzy et sa scène d’ouverture pour n’en citer qu’un). Hitchcock a su comme nul autre utiliser à profit les spécificités architecturales et géométriques de Londres afin de rendre ses récits aussi captivants que possible.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma / Au cinéma, Cinéma / Nouveautés et autres en DVD, Blu-Ray, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Londres sur pellicules

  1. zoes dit :

    Cela me fait plaisir d’apprendre que Michael Caine marche pieds nus. (je viens de lire qu’il fait partie de la jeunesse qui s’est libérée de l’héritage pesant de ses paires … de chaussures ?)

    • Kenji dit :

      C’est peu dire que la jeunesse d’alors marchait dans les traces de ses ainés avec des souliers de plomb… Merci, je corrige.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s